En Transit

De l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud, d’Istanbul à Marrakech, nous avons relié les deux rives de la Méditerranée, après 6 jours de voyage. Passer d’un Orient à l’autre, à la fois si proches et si différents. Ferries, métro, cargo, trotinette, à pied, en avion, en voiture, et surtout en bababus, que de transports pour rejoindre le St Graal, Noël en famille à 26 à Marrakech.

4500 km, avec, en entracte, un passage rigolo et chaleureux de 24h à Marseille. C’est si bon de retrouver le doux cocon de la famille et des amis. Si fou aussi de voir à quelle vitesse on reprend pied dans son ancien cadre. Se sentir en voyage, c’est si long, alors que revenir, ça va si vite. Alors on se carapate rapidement pour ne pas oublier que le voyage continue, encore.

Après que le bababus ait pu enfin quitter le port de Yalova, en Turquie, sur le navire ANKEDIZ II, nous l’avions suivi (sur notre smartphone…) faire le trajet à l’envers, par la mer, jusqu’à Sète. Et nous, avons facilement volé d’Istanbul à Marseille, même si Sacha le chat a assez peu apprécié les conditions de vol.

À Marseille, grâce à Laurent, on évite les grèves de train et filons donc droit sur Sète récupérer notre Saint bababus. Ouf il est là avec ses 4 roues et tout son attirail. Un petit arrêt à Pointe-Courte rendre hommage à Agnès Varda et aux huitres de Thau….et nous voila filant à vive allure (au moins 100km/h) en direction de Barcelone.

À Sète, on a vu le père Noël

3ème jour de voyage…..nous sommes en transit pour encore 3 jours en ferry et en bababus….c’est lonnng, mais que fait on quand on est « En transit ».

L’aventure… Il se passe toujours quelque chose. Même en transit, on a de vraies aventures. Comme ce vendredi matin où nous devons rejoindre le ferry Barcelone-Tanger. Il est 8h, on s’apprête à quitter le chouette appart de nos copains Constance et Arthur mais…..Sacha manque à l’appel, il miaule 5m sous la terrasse coincé sur un toit inaccessible. Thaïs prête sa corde à sautée à laquelle on accroche un panier, Isidore étudie le terrain, Stan en super papachat joue les équilibriste sur une corniche à 4m de haut en s’accrochant à des plantes vertes. Mais Sacha ne veux pas monter dans le panier et c’est finalement Arthur qui récupère le chat grâce à l’arrivée plus matinale que prévue du commerçant d’en bas! Quelques heures plus tard, le ferry a appareillé et la tempête se lève. Ça ressemble au radeau de la méduse, les gens se cramponnent et vomissent, Sacha, resté dans la cabine, a coincé la porte de la salle de bain dans la porte d’entrée, qui ne peut donc plus s’ouvrir du tout. Allongés sur la moquette pour ne pas devenir verts à notre tour, nous regardons mi-amusés, mi-agacés, défiler au chevet de notre porte tous les hommes de l’équipage. Un peu bras-cassés, ils finiront par disquer la porte, libérant notre chat et notre déjeuner.

Deux jours en mer… Entre l’école de p’tit milou, des articles divers et variés, les projets de l’Atelier des Méditerranées, la mer déchainée à regarder depuis notre cabine AVEC hublot, on a vraiment pas de quoi s’ennuyer. En transit on lit, quel bonheur de partager ses livres à 2, de pouvoir échanger, discuter. En ce moment stan est à Venise avec un roman policier et moi en Algérie avec « L’art de perdre »… un autre voyage en littérature. Et puis en transit, on rêve, on pense à rien parce que c’est si bon parfois de ne pas monnayer son temps. Et comme on sait faire ça, on s’énerve même pas de passer 4 h à attendre à la douane. On en rigole sous la pluie qui nous accueille à Tanger, on se fait des copains dans la file des voitures énervées et surtout, on admire les chargements de ces voitures pyramides…

En transit, on apprend à observer le petit comme le grand paysage. Tout ces hommes au bar du ferry en mode ambiance pas très sympathique …et pas une femme, on en pense quoi ??

Et puis cette transition abrupte de l’autoroute Tanger-Rabat, rutilante, au très beau et très rural marché, 1 km plus loin près de Salé. On passe des 4X4 rapides aux ânes en charrette! Ce Maroc à plusieurs vitesses.

Et finalement, dimanche soir, dans une lumière vibrante, un so beautiful sunset sur l’Atlas tout enneigé, on arrive au Paradis.

Joyeux Noël!

Et, au Dar, on a même pu caser le canoë !

Rejoindre la conversation

3 commentaires

  1. Quelle aventure passionnante ! Merci de la partager un peu avec nous. Je me régale à chacune de vos missives.
    Bonne suite à vous.
    Joyeux Noël Les amis !
    Claire

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :